BYOLA

En savoir plus sur nos écrins

LA SOCIÉTÉ BYOLA PAR SON DIRECTEUR GENERAL

Joseph Colletta
Directeur Général

Ou est implanter la société BYOLA ?

Byola a décider d’installer son site de production à Faulquemont en Moselle où elle a été parfaitement accueillie par District Urbain (DUF). La direction administrative est située à Saint Romain en Gal dans le Rhône. La région Grenobloise (Echirolle) accueille la partie commerciale.

Quels sont les atouts des rayons ultraviolets en matière de décontamination ?

Les atouts sont nombreux. Leurs efficacités virucides et biocides sont vérifiées. Les rayons ultraviolets sont peu énergivores, leur utilisation ne génère aucun déchet.

Pour quelle raison ce procédé est-il si peu démocratisé ?

Cela reste, avant tout, un produit dangereux. Si l’UVA est massivement utilisé pour bronzer, il ne faut en aucun cas exposer des parties de son corps à l’UVC sous peine de contracter des maladies de la peau. Pour autant, la méthode est très simple et facile à utiliser et ne représente plus aucun danger si toutes les précautions sont bien respectées.

Quels sont les types d’objets et de surfaces qui peuvent être décontaminés par l’UVC ?

Tous les objets peuvent être décontaminés par l’UVC, quelle que soit leur nature (bois, plastique, métal, tissus…). L’UVC est une onde courte qui ne traverse pas la surface mais va l’effleurer et la décontaminer. Nous procédons à la décontamination dans un caisson équipé de lampes à UVC qui garantit la sécurité sanitaire et permet une qualité optimale.

« L’utilisation de UVC existe depuis 100 ans »

Existe-t-il des bactéries qui résistent aux ultraviolets ?

De notre point de vue, il est impossible d’avoir la certitude absolue que notre solution éradique l’ensemble des bactéries. Nous avons effectué de nombreux tests sur des bactéries et nous sommes en mesure de certifier de la possibilté, à travers nos  Byola, d’éradiquer la très grande majorité des germes et virus. Parmi les bactéries très résistantes, nous pouvons notamment citer le cas d’une spore très présente dans les hôpitaux : le clostridium. L’élimination complète de cette bactérie requiert un temps d’exposition à l’UVC plus long et une puissance de lampes plus importante. Concernant les virus, nos différents tests nous permettent de connaitre quelle dose et quelle durée sont nécessaires pour les détruire. Pour les virus comme pour les bactéries nous réalisons des mises en culture pour réaliser nos tests. Les virus de type SARS COV2, adénovirus, rotavirus ou encore l’herpès sont testés en laboratoire.

Dans quelle mesure pouvez-vous adapter la puissance du processus selon les bactéries et les virus ?

Les machines que nous produisons disposent d’une programmation électronique adaptée à chaque bactérie ou virus. Nous pouvons donc cibler précisément ce que nous souhaitons éradiquer en adaptant la puissance du processus de nos appareils.

Dans quelle mesure la connaissance des bactéries et des virus des laboratoires de biologie joue-t-elle un rôle important dans le développement de votre technologie ?

Les laboratoires jouent un rôle majeur et se mettent à notre disposition pour développer la technique. Nous travaillons avec trois laboratoires qui sont très à l’écoute et se montrent particulièrement intéressés par le processus de décontamination par UVC.

 

Fin 2020, vous avez collaboré avec des hôpitaux pour développer un prototype. Comment s’est déroulée cette opération ?

Initialement, nos prototypes étaient destinés à la décontamination des fauteuils (PMR). En nous rendant dans les hôpitaux qui traversaient une période délicate avec l’afflux de malades COVID, nous nous sommes aperçus que les besoins en décontamination étaient importants. Cela concernait tous les types de matériels. Les hospitaliers nous ont demandé de nous rendre au sein des services pédiatriques où les besoins étaient également très importants. Les enfants étant aussi particulièrement exposés aux contaminations. C’est ainsi que l’idée nous est venue de contacter des mairies pour leur faire part de mon inquiétude concernant les jouets des enfants, et leur proposer notre solution.

« Nos modèles ne produisent aucun déchet »

Quels enseignements tirez-vous de cette première phase de développement ?

Tout d’abord, nous devons faire face à une grande méconnaissance de l’UVC et peut-être même une certaine forme de crainte. J’ai été frappé par certaines réticences dans les crèches vis-à-vis de la décontamination. Je trouve surprenant que certains préfèrent laisser proliférer des bactéries alors qu’il existe une solution pour les éliminer. Fort heureusement, nous avons également reçu un accueil très enthousiaste de la part d’autres interlocuteurs. Comme bien souvent, nous faisons face à tout le prisme des réactions. Au sein d’une même entreprise nous pouvons d’ailleurs rencontrer des réactions très hétérogènes comme ce fut le cas avec la Croix-Rouge avec qui nous allons, je l’espère, prochainement collaborer: une directrice de crèche près de Metz est particulièrement enthousiaste.

Quels sont les différents types de caissons que vous avez mis au point ?

Nous proposons à ce jour six types d’écrins (caissons) différents. Le plus petit modèle de la gamme est les Byola 50 et 100 sont destinés aux objets de petites tailles. La Byola 200 est équipée d’un ordinateur pour le paramétrage et d’une imprimante pour éditer des étiquettes de toutes les opérations. Nous venons de terminer le développement de deux modèles, la Byola 250 qui fonctionne sur le même système mais commander par un smartphone, et la Byola 350 qui offre une capacité doublée. Le reste de la gamme est plus imposante avec la Byola 700 qui a la taille d’une armoire et enfin la Byola 900 destinée aux fauteuils pour personnes à mobilité réduite ou objets de grande tailles.

Quels sont les atouts de ce type d’équipement pour vos futurs clients ?

Nos modèles offrent une grande fiabilité, garantissent une totale sécurité et ne produisent aucun déchet, sans négliger le très faible coût financier.

 

 

Qu’aimeriez-vous développer à plus ou moins long terme pour compléter l’offre de Byola autour de la décontamination ?

Il n’est pas possible de décontaminer sans bien nettoyer. La phase de nettoyage ou de détersion préalable à la décontamination est incontournable. Grâce à notre filiale, nous avons ajouté une branche à notre activité qui permet de décontaminer les surfaces et les volumes par la cryogénie.

Comment se structure le service commercial?

 
Yves Lemaitre et Boris Lo

 

Le service commercial Byola s’appuie sur une structure déjà en place au niveau national et international. Boris LO et Yves LEMAITRE coordonnent l’ensemble des actions commerciales.

 

Sa mission principale consiste a créer un portefeuille client grâce à des techniques de ventes élaborées. Au coté du Directeur Général, ils apportent l’éclairage marché et marketing nécessaire au développement national et international de Byola.

 

Notre évolution passe par le développement de la branche commerciale de Byola. Nous disposons actuellement de deux réseaux de distribution Logo Silver et Médi-Alpes. Nous avons décidé de structurer Byola avec une force commerciale dédiée. Ce développement doit nous permettre à terme, d’équiper un grand nombre de structures pédiatriques, de crèches et d’écoles maternelles de France. Il me parait indispensable de décontaminer les espaces où évoluent nos enfants. L’autre enjeu de notre développement concerne le secteur de la santé. Nous devons parvenir à équiper les EHPAD et les hôpitaux avec nos Byola les plus adaptées. 

LA GAMME DE DÉCONTAMINATION PAR UVC

 

Romuald Stock

 

Après les premiers essais réalisés au sein de services de pédiatrie, quelles sont les problématiques identifiées en matière de contamination dans des lieux accueillant des enfants comme les crèches, les écoles ou les services de pédiatrie ?

 

La problématique majeure demeure la prolifération des bactéries. Les protocoles sanitaires mis en place ces dernières années permettent de limiter la diffusion des bactéries mais n’empêchent pas leur présence. Un enfant portera toujours les jouets à sa bouche et il faut les décontaminer au minimum une fois par jour pour éviter le transport de bactéries d’un enfant vers un autre.

 

Quel a été le rôle des acteurs du secteur dans le développement des caissons Byola ?

 

Les retours des personnels sont plutôt positifs et personne n’a encore rapporté de critiques sur nos solutions. Nous sommes toujours très bien reçus par nos interlocuteurs. Bien que de nos produits soient encore en développement, l’accueil de nos prospects est très positif. Nous échangeons souvent avec des professionnels qui découvrent cette technique et qui se posent encore des questions vis-à-vis de l’efficacité du procédé. Nous avons pris en consifération l’ensemble des retours client et contact pour faire évoluer notre gamme et la porter a sept modèles standards. Des édrins sur mesure peuvent aussi être réalisés.

 

Comment se déroule la décontamination des jouets ?

 

Le processus de décontamination va dépendre du virus ou de la bactérie ciblée mais, en général, il dure entre 40 secondes et 5 minutes au maximum.

Pascal FAUST : Associé BYOLA
Pascal Faust

Quels sont les enjeux de la décontamination dans les hôpitaux et les établissements de santé ?

Pendant la pendémie, de nombreux objets utlisés par les soignants, par faute de procédé virucide, ont été mis au rebut. Les hygiénistes sont demandeurs de notre procédé proposer par Byola. Nous pouvons apporter des solutions économiques grâce à la décontamination et éviter ce phénomène de réticence. 

L’autre priorité est de décontaminer les blouses des personnels soignants et les vêtements des équipes de nettoyage. Dans ce contexte, nos modèles Byola 900 et Byola 700 sont particulièrement adaptés aux cliniques et aux hôpitaux.

Comment vos caissons peuvent-ils s’intégrer aux protocoles et aux normes très strictes qui régissent ces établissements ?

Il faut impérativement tester en laboratoire tous les virus afin d’apporter toutes les précisions et les garanties nécessaires aux hospitaliers. Le deuxième point incontournable pour pénétrer le secteur hospitalier, c’est la certification. Nous travaillons actuellement sur la norme ISO 13 485 qui définit les exigences en matière de système de management de la qualité pour un organisme fournissant des dispositifs médicaux ou des services associés. Nous allons réaliser un audit prochainement pour une certification prévue en mars 2022. Nous avons déposé nos marques et les brevets sont en cours de dépôt. 

 

Quels sont les objets que vous êtes en mesure de décontaminer dans les établissements de santé ?

Nous pouvons décontaminer les blouses, les vêtements du personnel, des dispositifs médicaux comme les stéthoscopes mais aussi de petits fauteuils comme ceux utilisés en radiologie. Il faut être sensible au fait que la réutilisation d’objets par les différents patient est inévitablement un facteur de transmission des virus. Notre action n’est pas seulement dévolue au COVID mais également sur des bactéries, les virus de types: les staphylocoques , les rotavirus, l’herpès…

 

A l’issue de vos premiers échanges avec les établissements de santé, avez-vous décelé une sensibilité de leur part sur ce type d’équipement ? 

Les professionnels de santé comprennent aisément que ce type d’équipement peut leur permettre d’éviter de gaspiller certains dispositifs médicaux mais de protéger les patients et les équipes médicales. Les établissements disposent de moyens restreints nos solutions s’adaptent parfaitement à ce modèle économique.

La société BYOLA

Société par Actions Simplifiée créée en novembre 2020 au capital de 102 K€.
BYOLA est localisé Faulquemont près de Metz pour la partie industrielle.

Nos marchés

Notre offre est adaptée à de nombreux domaines d’activités comme le médical, l’optique, le luxe, le prêt à porter, les ambulances, les locaux et les collectivités…

Une équipe au plus près de vous

Comprendre vos besoins

Les ingénieurs de BYOLA seront en mesure d'adapter nos produits en fonction de vos besoins.

Former vos équipes

Une formation complète et adaptée à vos protocoles spécifiques.

Adapter la décontamination

Dimensionner la décontamination de vos produits.

Maintenance

Nos produits sont suivis en assurant une maintenance préventive et corrective.

Accompagnement

Nous vous accompagnons tout au long du processus de mise en place.

Sécurité

Nous vous formons pour une sécurité maximale de votre personnel.

Implantions de BYOLA en France

Implantations de BYOLA en France

BYOLA FAULQUEMONT

Site de fabricationet développement près de Metz.

BYOLA LYON

Site administratif

BYOLA GRENOBLE

Site de recherche

Partagez cette page :